:: Accueil site :: :: Accueil info ::

Le Pèlerinage d’argent d’Anantanarayanan, Traduit de l’anglais par Éric Auzoux (Éditions Banyan – 2017)

 
Les Éditions Banyan, créées en juin 2015 par David Aimé, constituent la première, et la seule maison d’édition en France exclusivement dédiée aux littératures de l’Inde dans toute leur diversité.
Elles sont nées de la volonté de donner un regard neuf sur l’Inde, en amenant le plus large lectorat à la découvrir dans ce qu’elle a d’unique au monde et de plus beau à offrir, sa littérature.
Les Éditions Banyan, du nom de cet arbre emblématique de l’Inde aux racines profondes et à l’ombrage apaisant, s’attachent pour cela à publier en français les plus grands romanciers de langues modernes comme le bengali, l’hindi, le malayalam ou le tamoul, ainsi que de la littérature sanskrite et les Lettres indiennes anglaises.
À travers la parution de ce conte, Éric Auzoux son traducteur, nous offre une pépite de la littérature indienne contemporaine.
Il nous invite à découvrir le talent d'Anantanarayanan qui fut poète, magistrat et intellectuel et auteur en anglais de cet unique roman, un précurseur du postmodernisme indien. Un roman jugé comme étant un "Candide" indien.

Jayasura est le fils héritier de Simha, le souverain de Lanka ( Ceylan). Il lui manque une qualité essentielle pour régner : la capacité à s’émouvoir. Egoïste, insensible, ce garçon n’aime que lui-même et peut-être son ami Tilaka. Son rôle d’époux et de père ne l’emballe aucunement.
Le souverain s'en remet alors au sage Agastya qui vit au sommet du Mont Ravana. Le sage lui conseille d'envoyer son fils en pèlerinage à Kashi à la découverte de la réalité du Monde.
Ainsi Jayasura et Tilaka se mettent en route pour Kashi. Débarqués en Inde en pleine mousson, ils ne tardent pas à se faire attaquer par une bande de pillards maravas. C’est grâce à Valli, la fille du chef des voleurs que les deux prisonniers peuvent s’échapper. Accompagnés de cette jeune femme qui deviendra l’épouse du prince et d’un brahmane déclassé et protecteur de Valli (un purohita) qui connaît le Sud de l'Inde comme sa poche, les deux pèlerins poursuivent leur route.
De ville en ville, cette petite troupe hétéroclite va vivre une succession d’aventures burlesques et de rencontres cocasses qui animeront ce périple : avec un démon affamé qui assaille de questions les voyageurs sur le sens de la vie dans le religion hindoue, comme autant d’énigmes à résoudre sous peine d’être mangés tout crus, un poète qui leur prescrit l’usage de la poésie comme remède aux maux de l’âme, un roi musicien, des gurus shivaïte et vishnouïte, un marchand, un médecin aux méthodes annonçant celles d’un certain médecin viennois, un astrologue, une courtisane, un saint homme sur le ghât d’Hanuman, une danseuse.
L'occasion d'aborder de nombreux sujets en relation avec les domaines de prédilection de chaque intervenant mais également en relation avec les textes anciens sous la forme de joutes oratoires et philosophiques retranscrites sous forme de dialogues entre les différents protagonistes.
Des discussions sérieuses certes, mais l'auteur n'a pas omis d'y apposer une petite pointe d'humour.
Autant de connaissances assimilées qui tissent le fil de ce roman et vont peu à peu amener le jeune prince sur le chemin d’une certaine guérison…
Le Pèlerinage d'Argent est une véritable immersion au XVIème siècle, à l'époque de l'Inde médiévale, et une plongée au cœur de la culture et de la pensée indienne sans oublier la découverte didactique de la religion majoritaire : l’hindouisme.
Il nous offre, également, une fabuleuse traversée de Bharat, l'Inde, de sa pointe Sud à Kashi, l'ancien nom de Bénarès/Vanarasi qui se situe au Nord.

Anantanarayanan est le fils de Madhaviah, auteur du roman pionnier de la littérature tamoule, Padmavati (1898).
Après des études à Madras et à Cambridge, il endosse la carrière de magistrat.
Homme aux multiples centres d’intérêt, comme en témoigne Le Pèlerinage d’argent, on lui doit aussi une pièce en un acte consacrée au prince Siddharta, une traduction en anglais de l’Upadesa Undiyar de Ramana Maharishi ainsi qu’une série de contes soufis dont l’héroïne est une enfant.
lu 175 fois

Le mythe de la vache sacrée de Florence Burgat (Rivages poche – 2017/06) SORTI

Et si la vache n'était pas le meilleur ami de l'homme....en Inde ?

Lire la suite

lu 173 fois

L'inspecteur Chopra et l'héritage inattendu de Vaseem Khan (City éditions – 2017)

 
Voici un improbable duo de détectives au coeur de Bombay... Un roman policier excentrique et hilarant.
Notre héros est l'inspecteur de police de 51 ans, Ashwin Chopra, qui a été forcé de prendre une retraite anticipée suite à une crise cardiaque. Mais le jour où il prend sa retraite, l’inspecteur Chopra reçoit un gros, un très gros cadeau : Ganesha, un bébé éléphant.
La note d'accompagnement met en garde Chopra "Ce n'est pas un éléphant ordinaire." En effet ! : « J'adore les éléphants. Ce sont des créatures magnifiques et intelligentes, et je savais qu'un bébé éléphant séduirait les lecteurs. Je donne beaucoup de temps à Ganesha dans chaque roman - il n'est pas un membre du casting, mais un véritable partenaire de l'inspecteur Chopra! »
Un partenaire légèrement encombrant… surtout quand le policier, lui-même têtu comme un pachyderme, décide de mener une dernière enquête sur le meurtre d’un jeune garçon retrouvé noyé, mais bizarrement, personne ne semble s'en inquiéter et surtout pas la police...
Accompagné de Ganesha, Chopra part à la recherche d'indices : « Je voulais que le personnage principal, l'inspecteur Chopra, soit par essence un indien honnête et préoccupé par les inégalités sociales ».
Dans la grouillante ville de Bombay, l'inspecteur et son imposant coéquipier partent à la chasse aux criminels. Des bidonvilles aux quartiers opulents, ils découvrent un empire obscur où le crime organisé fait régner sa loi avec, selon le moment, la traite de jeunes garçons, les meurtres, les agressions et cette maladie sociale persistante et presque universelle, la corruption.
L'inspecteur Chopra, comme beaucoup d'Indiens, est nostalgique de l'ancienne Inde, de ses traditions et de son histoire. Mais l'ancienne Inde c’est aussi la pauvreté, le système de caste, les préjugés et la religion qui touchent tous les aspects de la vie. La Nouvelle Inde c’est celle des gratte-ciel, des centres d'appels, des centres commerciaux et des effets de la mondialisation. Ce conflit, inhérent à ce pays, fournit une toile de fond dynamique au roman.
A mesure qu'il progresse, l'inspecteur Chopra comprend que cette affaire pourrait avoir plus de conséquences que prévues sur sa carrière. Mais il découvre aussi qu'un éléphant têtu peut s'avérer utile pour un homme en quête de justice.
Et plus l’inspecteur Chopra creuse, plus il déterre des vérités dérangeantes que personne ne souhaite voir éclater au grand jour. Heureusement que « l’agent Ganesha » est là pour l’épauler et, surtout, pour veiller sur lui: « Les éléphants possèdent toutes les qualités des meilleurs détectives. Ils sont très intelligents, et ont des souvenirs incroyables - oui, ce n'est pas un mythe. Ils ont également une grande gamme d'émotions, ce qui est important car une grande partie de l'humour et du charme de ma série vient de la dynamique entre l'inspecteur Chopra, cet ex-policier rigide et le bébé éléphant qu'il est effectivement forcé d'adopter. »
La nouvelle Agence de détective privé Baby Ganesh est née annonçant une nouvelle série policière originale qui met en scène des personnages drôles, excentriques et attachants dans un cadre exotique.
Les prochains livres, déjà sortis en Grande-Bretagne, des aventures de l’inspecteur Chopra et de son éléphant Ganesha, traiteront du vol du diamant le plus célèbre au monde: le Koh-i-noor qui fait maintenant partie des joyaux de la Couronne britannique. Dans le roman, les Joyaux de la Couronne ont été amenés en Inde pour une exposition spéciale. Un vol audacieux aura lieu et Chopra et Ganesha seront appelés pour essayer de récupérer le célèbre diamant.
Après cela, Chopra et Ganesha seront sur le chemin d'une étoile de Bollywood kidnappée, puis, dans le quatrième épisode, ils se rendront en dehors de Mumbai dans le village indigène de Chopra, dans le Punjab, dans le nord de l'Inde, pour tenter de démêler le mystère des origines de Ganesha et la Disparition de l'Oncle de Chopra, Bansi.

Vaseem Khan est né à Londres en 1973, a obtenu un baccalauréat en comptabilité et finances de la London School of Economics, avant de passer une décennie sur le sous-continent aidant l'un des principaux groupes hôteliers indiens à établir une chaîne d’hôtels cinq étoiles respectueuse de l'environnement « Ecotels ».
Il est retourné au Royaume-Uni en 2006 et travaille à l’ University College of London dans le Département de la sécurité et de la criminalité : « Je suis chanceux de travailler au Département de la sécurité et de la criminalité du University College de Londres où je gérais les projets de recherche. Cela signifie que je suis entouré par des scientifiques de renommée mondiale travaillant sur les moyens de prévenir le crime et de détecter les criminels. J’ai ainsi accès à des médecins légistes, à des personnes travaillant contre le crime organisé, celui des armes à feu et le crime contre la drogue. J'ai même la chance de travailler avec une ancienne femme de police indienne. Si j'ai besoin d'inspiration ou d'authenticité dans mon écriture, il suffit de demander à un ami! »
Les éléphants sont en troisième position sur la liste de ses passions, la première et la deuxième étant la littérature et le cricket, mais l’ordre peut changer !

lu 153 fois

Ils ont fait le chemin de Compostelle. 28 portrait de Mathilde Giard (Éditions La Martinière - 2017)

Portraits de pèlerins sur le Saint-Jacques......

Lire la suite

lu 154 fois