:: Accueil site :: :: Accueil info ::

Philippines d’Alexia Delas et Stéphane Larrandabure (Olizane – 2015)

La nouvelle destination tendance du moment en Asie.....

Lire la suite

lu 1108 fois

La baleine dans tous ses états de François Garde (Gallimard – 2015)


La Baleine, l'une des plus fascinantes créatures du règne animal, François Garde a voulu la dire dans un livre, ni récit de voyage, ni traité scientifique, mais qui est à la fois une quête personnelle, une enquête, une illustration et défense du cétacé en péril.
Dans ce livre, composé d'une trentaine de chapitres et divisé en trois parties - « L'animal », « La chasse », « Le ciel » -, François Garde part sur les traces d'une des plus fascinantes créatures du règne animal.
Loin des grilles d'analyse des spécialistes, il a choisi au contraire de mener son enquête le nez au vent, débusquant dans les recoins les plus inattendus de notre planète et de notre culture, histoires, souvenirs, paysages, qu'il a tissés ensemble pour faire une sorte de traversée.
On découvrira ou redécouvrira ici la baleine des livres, bien sûr : Jonas, celui de la bible, auxquels François Garde consacre plusieurs chapitres, fasciné et intrigué, mais aussi Moby Dick, Pinocchio, ou celle moins connue de Paul Gadenne. La baleine des baleiniers : ports de pêche d'où partait la chasse du XVe au XVIIe, délaissés aujourd'hui après l'extinction des baleines dans de nombreuses régions, la baleine basque ou l'usine baleinière abandonnée des îles Kerguelen.
Le vaste champ de la toponymie des baleines : la place de la Baleine à Lyon, ou cette rivière de la Baleine au Québec. Les baleines des images publicitaires ; les baleines en peluche vendues par milliers ; les baleines de musée : le squelette monumental du Museum d'Histoire Naturelle, une représentation paléochrétienne au musée du Louvre, la baleine sculptée du cloître d'Aix-en-Provence, les baleines des antiquaires de marine - les objets en ivoire de baleine, travaillés au canifs par les marins, se trafiquent encore aujourd'hui. Quelques tournants de l'Histoire se sont joués aussi autour de la question des baleines et de leur commerce : le Japon et la Norvège en font encore aujourd'hui une affaire de nationalisme, comme autrefois Louis-Philippe.
On y croisera la navigatrice Isabelle Autissier et la fascination de l'auteur pour ses mains, laquelle explique que pour le WWF dont elle est la présidente, la baleine est un emblème comme le panda.
On suivra même l’écrivain à Reykjavik dans le seul restaurant servant de la baleine. Il n’en mangera pas et constatera que la moitié des clients sont français.
Animé tout du long par la curiosité insatiable et l'inventivité narrative de François Garde, La baleine dans tous ses états est un livre à la fois méditatif et ironique, poétique et érudit, dans un esprit très XVIIIe siècle. Un livre ouvert sur le monde, soulignant la richesse autant que la vanité des aventures humaines, inquiet parfois, sans jamais être mélancolique ou moralisateur.

Né en 1959 (Le Cannet), François Garde, savoyard d’adoption, s’est lancé dans l’écriture après avoir vécu une longue carrière au sein de l’administration française.
En effet, après des études à Sciences Po, puis à l’ENA (promotion Louise Michel, 1984), il va occuper plusieurs postes : secrétaire général adjoint en Nouvelle-Calédonie (1991-1993), administrateur des Terres australes et antarctiques à l’île de La Réunion (2000), membre du Cabinet du ministre de l’Outre-mer (1998-1999), directeur de la station de Val d’Isère. Ces activités qui l’amènent à voyager vont nourrir ses romans tout en laissant une place privilégiée à l’imaginaire et à la fiction.
En 2012, il reçoit le Prix Goncourt du premier roman avec Ce qu’il advint du sauvage blanc (Gallimard, 2012) où il raconte la véritable vie de Narcisse Pelletier, un jeune mousse vendéen abandonné par un navire sur la côte australienne. Tout en occupant un poste de vice-président au tribunal de Dijon puis de Grenoble, le passionné de Jules Verne, de Lévi-Strauss ou de Yourcenar, lance, en 2013, ses lecteurs sur la piste d’un étrange manuscrit que son héros Philippe Zafar va ausculter puis devoir parcourir le monde dans Pour trois couronnes (Gallimard, 2013).
lu 876 fois

Bhoutan, Royaume hors du temps de Robert Dompnier (Olizane – 2015)


Voici une introduction passionnante à ce petit royaume qui a osé placer le bonheur dans ses valeurs cardinales. Les encore rares touristes qui s’y rendent sont charmés par la découverte d’un pays coloré ayant su préserver un environnement culturel et naturel de toute beauté.
Blotti au coeur de l’Himalaya, entre neiges éternelles et jungle tropicale, le Bhoutan fascine toujours autant.
Au-delà des images qui nous sont désormais familières (et encore d’actualité!) – les fameux dzong, ces monastères-forteresses à l’architecture colorée, les temples bouddhiques accrochés aux falaises, le costume traditionnel omniprésent, les festivals religieux aux danses endiablées... – l’ouvrage présente ce petit royaume qui a su entrer pleinement dans la modernité. Longtemps ignoré du monde, il est sorti progressivement de l’ombre pour s’adapter aux exigences d’un XXIe siècle en pleine mutation.
Devenu monarchie parlementaire, le royaume du Bhoutan s’est imposé sur la scène internationale, se faisant le champion du désormais fameux «Bonheur national brut».
Robert Dompnier, qui sillonne le pays depuis une trentaine d’années, a été le témoin privilégié de l’évolution du Bhoutan au cours de ces trente dernières années. Charmé dès la première heure par ce peuple accueillant et joyeux, il est revenu à de multiples reprises. Il s’est lié d’amitié avec des bergers, des paysans, des fonctionnaires et des membres de la famille royale. Il a parcouru les sentiers escarpés des plus hautes vallées et a partagé le quotidien de nombreuses tribus. Il a appris les codes très précis de la hiérarchie en vigueur dans les dzong, et a pris part aux impressionnants festivals, très vivants et souvent bien arrosés...
Il faut dire que les Bhoutanais ont l’art de mêler ferveur religieuse et plaisirs du monde, spiritualité et paillardise décomplexée.
Ce récit, ponctué d’histoires et d’anecdotes récoltées au cours des pérégrinations de l’auteur, nous immerge dans un Bhoutan profond et authentique, qui s’est donné les moyens de préserver un environnement culturel et naturel de toute beauté. Il témoigne aussi des défis qui se posent désormais au pouvoir politique, notamment le conflit ethnique qui perdure en Assam.
Écrit par un auteur passionné de civilisation tibétaine, d’une lecture aisée et très documenté, cet ouvrage présente en outre une cinquantaine de photographies en couleurs de l’auteur.

Passionné par la civilisation tibétaine, Robert Dompnier a effectué de nombreux voyages au Bhoutan, au cours des 30 dernières années.
C’est au cours de ces longs séjours qu’il développe un goût pour la photographie et le reportage afin de réunir textes et images de ses découvertes et rencontres en terres himalayennes.
Il publie un premier livre, Tibet, un autre Monde, qui sera suivi de nombreux autres, dont l’ouvrage photographique, Bhoutan, le royaume du dragon aux éditions Olizane (1999).

lu 784 fois

Déserts d'altitude : du Chili au Machu Pichu, 8 mois à pied sur la cordillère des Andes de Sarah Marquis (Michel Lafon – 2015)

Le second volet des aventures de Sarah Marquis.....aventurière suisse....

Lire la suite

lu 1390 fois

Un autre tour de manège de Tiziano Terzani (Intervalles – 2015)


Voici, enfin, la parution, en français, du dernier livre de Tiziano Terzani, publié de son vivant. Et c’est grâce à l’opiniâtreté des Éditions Intervalles, à faire connaître, en France, l’œuvre de cet explorateur du monde dans toutes ses facettes, que l’on continue, malgré sa disparition, à découvrir et partager, par ses écrits, son sens de la beauté et de l'amour pour la vie.
Voyager a toujours été pour Tiziano Terzani une seconde nature.
Sauf que ce voyage pas comme les autres, dont il est question dans ce livre, est aussi son plus difficile. Quand on lui diagnostique un cancer qui met sa vie en péril, c’est naturellement qu’il part en quête du remède qui le sauvera. Mais où chercher ?
Dans la clinique new-yorkaise ultramoderne vers laquelle il se tourne d’instinct ? Ou plus loin, en Asie, là où son coeur le mène depuis des décennies, avec le risque de devoir mettre de côté certaines de ses convictions d’Occidental cartésien ? Et si le remède était en lui ?
Chaque culture a sa propre façon de traiter les maux humains, en particulier la maladie et la douleur.
Après s’être intéressé à l’homéopathie (des chapitres très intéressants), Terzani se tourne vers les cultures orientales et découvre des régimes étranges, des potions à base de plantes ou des chants sacrés. Il s’intéresse à la médecine tibétaine, chinoise, à l’Ayurveda, au qi gong, au reiki, au yoga, au pranayama, comme autant d’étapes vers un but qui pourtant se dérobe.
Cette recherche d’un remède se transforme alors en un voyage intérieur, le voyage de retour vers les racines de l’Homme.
Des centres « alternatifs » de Californie aux spectacles grandiloquents de guérisseurs philippins, de l’ascèse des ashrams indiens à une masure au sommet de l’Himalaya, Terzani chemine non pas vers un remède miracle mais vers une vision de ce que l’Homme a de plus profond à livrer : sa spiritualité. Et si la guérison, plutôt que de faire le tour de toutes les médecines, constituait à changer de point de vue ? À opérer cette révolution intérieure qui contribuerait à bâtir un monde meilleur ?
Un autre tour de manège est un livre sur l’Amérique et sur l’Inde, un livre sur la médecine traditionnelle et alternative, une prodigieuse quête d’identité et surtout une réflexion sur la vie, la mort, la maladie et la nature humaine.
C’est aussi un voyage géographique qui se transforme lentement en un voyage intérieur, à la recherche de soi et du sens de la vie.
C’est également un vade-mecum précieux contre les maux de nos vies d’hommes et de femmes modernes, une ode à ce qui demeure merveilleux dans l’univers, à l’extérieur comme à l’intérieur de nous.
Un autre tour de manège est enfin le voyage touchant d'un conteur chevronné qui observe attentivement le naturel de la vie quotidienne dans sa simplicité et son humanité.

Tiziano Terzani, né en Septembre 1938 à Florence et décédé en Juillet 2004 à Orsigna (Toscane), est une légende du grand reportage. Correspondant en Asie du Spiegel et du Corriere della Sera pendant près de 30 ans, il a été témoin de la chute de Saigon, du génocide khmer et de la Chine maoïste.
Marqué par l’Inde et sa spiritualité, il s’est détaché de son métier durant les années 1990 pour se retirer dans une cabane et méditer sur la vie.
Un autre tour de manège est le dernier livre qu’il a publié de son vivant. Un livre testament qui a bouleversé plus d’un demi-million de lecteurs et constitue l’un des plus grands phénomènes éditoriaux de ces dernières décennies en Italie.

lu 1758 fois

Sans un sou en poche de Benjamin Lesage (Arthaud – 2015)

Quand le voyage devient une expérience alternative positive.......

Lire la suite

lu 928 fois

J'irai jusqu'à la mer de Laurent Hasse (Payot – 2014)


Pour se relever d’un accident grave de la circulation qui a failli lui coûter la vie, Laurent Hasse entreprend une traversée de la France à pied.
Laurent Hasse part un matin de novembre. Sac au dos, il va parcourir, de la frontière espagnole à la mer du Nord, 1 500 km en 82 jours.
À l’origine de ce voyage, une nécessité : se sentir pleinement vivant et retrouver le sens de son existence. Partir à pied, les mains vides, c’est aussi partir à la rencontre des autres.
De l’aïeule pyrénéenne au gamin des cités, des inconnus lui ouvrent leur porte et se racontent le temps d’une soirée, d’un café, d’une nuit ou de quelques jours. Chacun lui fait part de ses propres questionnements, convictions émotions. Des inconnus qui en lui laissant voir un peu de leur vie vont éclairer la sienne.
Lucette, la vieille dame dans les montagnes pyrénéennes, André, un boulanger dans le Cantal, Laurent et Izia, un couple d’éleveurs dans la Creuse, Eriola, jeune en banlieue parisienne, ou encore Bernard, instituteur en Picardie… À tous, il pose alors une même question : « C’est quoi le bonheur pour vous ? »
Voici, à travers le regard décalé d'un anti-héros, une France inattendue, ni pessimiste ni naïve. Une France intime et réelle. Loin des clichés, voici le bonheur selon les Français.

Laurent Hasse a 45 ans. Il vit en région parisienne et travaille comme réalisateur pour la télévision et le cinéma.
De ce voyage à travers la France, il a également tiré, en 2012, un documentaire, Le Bonheur, terre promise, sélectionné dans de nombreux festivals internationaux et récompensé à cinq reprises.

lu 1014 fois

Elle rêve avec moi d’Alain Kalita, Avec la complicité de Corinne Viltrouvé, et la préface de Jean-Luc Van Den Heede ( Magellan & Cie – 2014)

Toutes voiles dehors......

Lire la suite

lu 1407 fois