:: Accueil site :: :: Accueil info ::

Les Oies des neiges de William Fiennes (Hoebeke – 2014/04)

Encore un récit de voyage au service d'une écologie réfléchie.....

Lire la suite

lu 897 fois

Notre Comédie du livre 2014 - premiers souvenirs

Encore une "Comédie du livre" qui se termine.
Un temps splendide a contribué au succès de cette 29ème édition où un public énorme est venu à la rencontres des écrivains que nous avions invités, et aux rencontres que nous avions programmées.
Pour tout cela, nous voulions remercier tout particulièrement:
La ville de Montpellier, son nouveau maire Philippe Saurel et ses services culturels et techniques pour la nouvelle configuration de cette "Comédie" qui a permis une belle déambulation du public de part et d'autre de notre stand, favorisant les rencontres et les conversations avec nos écrivains.
Cédric de Saint-Jouan, le nouvel adjoint à la culture de la ville de Montpellier, à l'écoute des libraires.
Laurence Patri, la directrice de l'Association "Coeur de livres" qui n'a pas ménagé sa peine pour que cette manifestation, à travers le travail avec les libraires, le choix de la programmation et l'organisation générale, soit un succès littéraire et populaire.
Enfin je n'oublie pas la fine, vaillante et enjouée équipe qui secondait Laurence, à savoir Sonia, Clémence, Pascaline et Maëliss, toujours présentes pour prendre de nos nouvelles et veiller au bon déroulement de la manifestation et au bien-être de nos auteurs.
Nos bénévoles de cette année (20), lecteurs et lectrices, voyageurs et voyageuses ou étudiantes, sont venus nous aider durant ces trois jours de convivialité en compagnie de leurs deux libraires préférés.
Bravo à tous pour leurs dévouements, leurs disponibilités et leurs petits plats salés ou sucrés, fort appréciés.
Enfin, nous n'oublions pas Alain Vacquié qui animait trois de nos rencontres et Dominique Aussenac pour la rencontre sur la marche. Les retours du public, suite à ces rencontres, étaient des plus positifs.

Mais nos amis écrivains et peintres-voyageurs ne sont pas partis sans nous laisser une dédicace sur notre livre d'Or. En voici quelques unes:

Cédric Gras

Amis libraires, merci!
C'est toujours agréable de venir à Montpellier, qui plus est sur le stand de la Librairie des Cinq Continents !

Romain Potocki

Un endroit où l'on voyagerait
Tout en étant comme chez soi,
C'est une magie rare et si précieuse…
Merci de votre accueil à tous et j'espère à bientôt !

Colette Fellous

Merci, chère Christine et cher Alain, pour ces beaux moments de partage, à la Comédie du livre 2014, 29ème édition, quel bel âge…, sous votre protection.
En amitié

Olivier Weber

Très belle yourte du voyage que celle de nos amis des livres Alain et Christine !
Merci pour la chaleur de l'accueil et l'atmosphère au long cours.
Avec mon amitié

Yann Gourmelin

À Christine…et Alain,
Merci pour votre chaleur, votre rapport à l'autre.
Et le livre, tel un roi entre vos mains.
Sans oublier l'équipe autour de vous. Formidables moteurs de sourire et de charme…
Je suis ravi et je recommence quand vous voulez

Samuel Chardon



Marie Durand

Quelle belle rencontre avec vous, Christine et Alain à l'occasion de cette Comédie si vivante et dynamique.
Grâce à vous je rebondis dans une passion latino-américaine et bolivienne.
Quel bonheur de la partager avec vous et le "réseau" de vos amis….
Con un abrazo carinoso y; hasta siempre !

Philippe Frey

Un peu du "parfum de sable" des plus grands déserts.
Amitié à Alain et Christine

Olivier Lemire

Si je dois trouver en France deux lieux-dits pour parler de vous, chers Christine et Alain, il me faudrait marcher entre "L'Amitié" (Charente) et "la Compétence" (je ne sais pas où c'est !).
Toujours une joie de se joindre à vous !!!
Avec toute mon amitié

Dominique Sigaud

Chère librairie des cinq continents, chers libraires,
Ici c'est doux, c'est l'essentiel.
Les livres sont installés, tranquilles, dans quelque chose de doux (et moi aussi).
Merci pour eux, pour moi aussi.
Bien amicalement

Katia Chapoutier

Vous voulez que je vous dise franchement ?
Mais vraiment franchement ?
Rarement j'ai eu autant de plaisir sur un salon !
Convivialité, douceur de vivre, bonne compagnie.
À refaire.
Katia Chapoutier qui n'est plus "Lost in Jerusalem"

Olivier Germain-Thomas

Avec Alain et Christine sont conviés
L'aventure et la littérature,
L'amitié et la complicité,
Les surprises et la gourmandise,
La présence et l'intelligence,
Quoi encore ? (à suivre…)

Véronique Bruez

Chers Christine et Alain,
Grazie mille, mille mercis de votre accueil chaleureux, de vos attentions et votre gentillesse ces derniers jours.
Ce petit mot pour vous dire combien j'ai été heureuse de vous rencontrer et de passer ces moments avec vous.
Bravo pour ce que vous faites !
Et à suivre donc...
Bien à vous

Olga et Arnaud de Turckheim

Le bonheur du partage des émotions et des souvenirs de voyage se perpétue dans la chaleur sous la grande tente de notre librairie favorite, la seule où on puisse découvrir "Cinq Continents" et naviguer sur le bel océan des passions.
Avec notre affectueuse amitié

Raphaël Segura



Morgan Monchaud, Brian Mathé & Siphay Vera

Nos plus vifs remerciements à Alain & Christine qui entretiennent le trésor montpelliérain qu'est la librairie des Cinq Continents.
C'est grâce à vous que des gens comme nous osent faire "de leur vie un rêve, et d'un rêve une réalité".

Sonia Privat



lu 1056 fois

L’Arbre d’or, une histoire mythique de John Vaillant (Noir sur Blanc – 2014)

Une ode écologique au service du récit de voyage.....

Lire la suite

lu 1133 fois

L’Oural en plein cœur, des steppes à la taïga sibérienne d'Astrid Wendlandt (Albin Michel – 2014)


« Il arrive qu’on se sente chez soi ailleurs ».
Pour Astrid Wendlandt, cet ailleurs c’est la Russie où elle séjourne régulièrement depuis vingt ans.
Elle y a acquis un robuste instinct de survie, une mansuétude pour les êtres déséquilibrés, un abandon à l’imprévu et une certaine placidité face à l’adversité. Pour elle, la Sibérie est l’un des derniers endroits de la planète où l’on peut encore disparaître, vivre à des centaines de kilomètres du premier voisin et imaginer qu’il reste encore des forêts vierges de la présence de l’homme.
Après avoir marché dans la toundra avec les derniers éleveurs de rennes, les Nenets, au début des années 2000, elle est partie, dix ans plus tard, à la recherche d’autres peuples en survie dans les montagnes de l’Oural, aux portes de la Sibérie (2500 km à pied du sud au nord de l’Oural).
Au lieu d’une civilisation ancienne et oubliée, elle a trouvé un monde en devenir où des hommes et des femmes ont largué les amarres pour s’inventer une autre vie. Pour Astrid Wendlandt, tout a commencé en 1995 sur les flancs de l’Oural à Tcheliabinsk, et comme souvent, tout a commencé par une histoire d’amour…
Tout autant un formidable voyage du sud au nord de l’Oural, riche en péripéties et rebondissements, que la découverte émouvante d’une passion pour la Russie et l’âme russe.
En filigrane, l’auteur dresse d’elle-même le portrait d’une femme d’aujourd’hui, qui n’a pas froid aux yeux, une femme qui a reçu « l’Oural en plein coeur ».
Un livre qui s’inscrit dans la lignée des nouveaux récits de voyage, plus littéraires et personnels, de plus en plus prisés des lecteurs.

Franco-canadienne, Astrid Wendlandt, née en 1973, voue une véritable passion à la Russie, à la Sibérie et au Far-Est.
Un temps correspondante du Moscow Times à Londres, puis à Moscou, elle est depuis 2004 journaliste à l’agence Reuters à Paris.
Elle est l’auteur de Au bord du monde, paru chez Laffont en 2010 (plus de 10.000 ex.).


lu 1220 fois

Le retour d'un roi ou la Bataille d'Afghanistan de William Dalrymple (Noir sur Blanc – 2014)

Le nouveau William Dalrymple....

Lire la suite

lu 852 fois

Pour quelques milliards et une roupie de Vikas Swarup (Belfond – 2014)

 
Le point de départ du troisième roman de Vikas Swarup fait indéniablement penser à son premier Les fabuleuses aventures d'un indien malchanceux qui devint milliardaire (paru chez Belfond en 2006), succès planétaire décuplé par le film un peu réducteur de Dany Boyle Slumdog millionaire.
Mettre une personne ordinaire dans une situation extraordinaire, tel est encore l'objet de cette grosse machine romanesque, intelligente, bien construite dont l'ampleur, la complexité, la multitude des histoires et des personnages tentent de rendre compte, sans aucune indulgence, du pays lui-même et de sa réalité, pas toujours rose.
D'ailleurs l'intrigue, cette fois-ci prend des allures d'un vrai jeu de massacre.
Un jour, à Delhi, la jeune Sapna Sinha, en train de faire ses dévotions à la déesse Durga, est accostée, en plein temple, par un drôle de type. Un certain Vinay Mohan Charya, qui semble être l'un des plus riches hommes d'affaires de l'Inde, et qui se prétend, PDG d'ABC, une entreprise qui pèse quelque 10 milliards de dollars, est décidé à passer la main en recherchant son successeur. Il aurait jeté son dévolu sur Sapna.
Au début, elle refuse de le croire, d'envisager même sa proposition: moyennant 200.000 roupies d'acompte – une fortune pour une modeste vendeuse d'électroménager à 18.000 roupies par mois – elle accepterait de subir sept mystérieuses épreuves, qui devront prouver ses qualités de manager, digne d'ABC.
Mais la malheureuse, orpheline de père, soutien de famille avec une mère malade et une sœur qui ne rêve que de faire carrière à Bollywood, a vraiment besoin d'argent.
De plus les Sinha sont sur le point d'être expulsées de leur appartement de Rohini, cité-dortoir de banlieue.
S’agit-il d’un jeu cruel ou se pourrait-il que ses prières soient enfin exaucées ?
Sapna va donc se résoudre à accepter le pacte faustien, et ne s'en ouvre qu'à Karan, son meilleur ami dont elle est amoureuse en secret, et à qui elle pense pouvoir accorder une confiance absolue.
Sans rien faire pour, la voici embarquée dans six aventures tragicomiques où elle fait preuve d'autant de qualités: autorité, intégrité, courage, clairvoyance, ingéniosité et réactivité.
Au passage, elle côtoie un échantillon de la population indienne guère reluisante: panchayats (assemblées villageoises) archaïques et vendues aux plus riches, prêtes à sacrifier une jeune fille, policier corrompus, stars de Bollywood désespérées complètement hors du vrai monde, concepteurs de téléréalité particulièrement cyniques et immondes, jeunes fiancées suicidaires et enfants exploités.
Au passage, Swarup s'amuse avec Slumdog millionaire.
Mais, à un moment, le roman vire au noir: Sapna va manquer de se faire violer, tuer à plusieurs reprises et sa sœur Neha va être vitriolée.
Sapna se débat, sans plus savoir qui croire, qui manipule qui, et si Acharya est un homme sincère ou un escroc.
Il faudra attendre la toute fin de ce thriller haletant pour qu'elle ait le fin mot de l'histoire – et le lecteur avec elle.
Embarquée malgré elle dans d’incroyables aventures Sapna aura prouvé sa vaillance, son empathie et son honnêteté afin de construire un avenir meilleur pour elle et sa famille.
Vikas Swarup qui a réussi à éveiller la curiosité du lecteur dès le début du roman, parvient à maintenir le suspense intact jusqu'à la fin. Happy end forcément pour ce grand roman qui est un parfait révélateur de l'Inde d'aujourd'hui.

Né en 1963 à Allahabad, en Inde, Vikas Swarup est diplomate. Après avoir été en poste en Turquie, aux États-Unis, en Éthiopie, en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, il est actuellement consul général de l’Inde à Osaka, au Japon.
Prix Grand Public du Salon du livre 2007, traduit dans quarante-deux langues, son premier roman, Les Fabuleuses Aventures d’un Indien malchanceux qui devint milliardaire (Belfond, 2006 ; 10/18, 2007), a connu un immense succès international, avant d’être adapté au cinéma par Danny Boyle sous le titre Slumdog millionaire et de rafler huit oscars.
Après Meurtre dans un jardin indien (Belfond, 2010 ; 10/18, 2012), Pour quelques milliard et une roupie est son troisième livre traduit en français.

lu 1153 fois

Revue Long Cours N°7

Une nouvelle édition de cette indispensable revue...

Lire la suite

lu 989 fois

Notre Comédie du livre 2014 - Dernière minute


Colette Fellous sera présente sur notre stand les Samedi et Dimanche durant le temps où elle n'aura pas d'interviews ou d'animations de rencontres à faire durant cette Comédie.
Elle présentera, son tout dernier ouvrage: La préparation de la vie chez Gallimard.
Née à Tunis en 1950, Colette Fellous quitte la Tunisie pour Paris à dix-sept ans. Elle fera ses études en Lettres modernes à la Sorbonne puis à l’École Pratique des Hautes Etudes, avec Roland Barthes.
Romancière et auteur d'une dizaine de livres, dont Avenue de France, Aujourd’hui (Prix Marguerite Duras, 2005), Plein été (2007), et Un amour de frère (Editions Gallimard), cycle autobiographique où la Tunisie est très présente. Elle est aussi l'auteur de deux essais: Guerlain (1987) et Frères et soeurs (1992).
Elle est également productrice sur France Culture , des Nuits Magnétiques de 1991 à 1999 et depuis 1999 de Carnet Nomade, une émission qui allie son lien à la radio et à l'écriture.
Elle a créé et dirige la collection « Traits et portraits » au Mercure de France.
lu 713 fois

Le cricket club des talibans de Timeri N.Murari (Mercure de France – 2014/04)

 
En 2000, à Kaboul. Le gouvernement islamique impose sa férule à la population, pratiquement tout est interdit, journaux, distractions, jeux, etc.
Les talibans ont également interdit tous les sports de plein air comme contraire à l'Islam. Mais cette année-là ils ont permis aux hommes de jouer au cricket, considéré comme un moyen d'acquérir une certaine reconnaissance internationale.
Le cricket a été choisi parce que son code vestimentaire implique des tenues qui couvrent l'ensemble du corps.
Cette décision, originale et anachronique, a inspiré , à l'auteur et cinéaste Timeri N.Murari, cette fiction sous la forme d'un conte passionnant qui offre un aperçu des dangers, des privations, des passions que vivent les jeunes afghans et des aspirations auxquelles ils prétendent, sous le joug des talibans.
Lorsque le ministère des talibans pour la propagation de la vertu et la prévention du vice annonce qu'il parraine un tournoi de cricket, avec pour l'équipe gagnante, une formation au Pakistan afin de se perfectionner, le frère et les cousins de Rukhsana, une jeune femme qui refuse d'être réduite au silence par les talibans, y voient tout de suite comme une possibilité de s’enfuir vers l'Inde, toute proche.
Mais il faut d’abord connaître les règles du cricket et s’entraîner.
Rukhsana est l'héroïne de cette histoire. Après des études universitaires à New Delhi, où son père a été détaché, elle est revenue à Kaboul pour travailler comme journaliste jusqu'à ce que les talibans interdisent aux femmes de travailler ou de pratiquer un sport quel qu'il soit.
Or la jolie Rukhsana a joué, durant son séjour en Inde, dans une équipe de cricket. cette ancienne journaliste courageuse qui écrit secrètement des articles anti-gouvernementaux, est maintenant confinée à la maison. Elle voit donc ce tournoi de cricket, sponsorisé par les talibans, comme une chance pour son frère, jahan, et leurs cousins de s'échapper de Kaboul, à condition qu'ils puissent gangner le tournoi.
Rukhsana est excitée à l'idée d'enseigner aux hommes de sa famille ce jeu qu'elle aime. Mais comment pouvez-vous démonter les subtiltés de ce sport tout en étant, de la tête aux pieds, drapée dans une burka avec seulement un petit panneau à mailles pour regarder au travers ?
Elle a aussi un autre problème. Le ministre qui dirige le tournoi, le violent Zorak Wahid, veut Rukhsana pour femme et envoie son frère et sa belle-soeur demander sa main en mariage. Ce qui bien sûr fait horreur à la jeune fille. Son seul moyen d'échapper à ce sort est donc de sortir du pays.
Mais comment lui échapper ? Rukhsana a une solution tirée d'une oeuvre de Shakespeare. Elle se déguisera en homme, parée d'une barbe. Rukhsana, chaste et résolument féminine, devient Babur et son déguisement offre une plus grande invisibilité que sous la burqa.
Mais comment sortir, même déguisée en garçon pour entraîner son équipe, faire dire qu’elle est partie en province assister à un mariage et se cacher dans la cave – et cela tous les jours ou presque…
Au prix d’incroyables ruses, subterfuges, elle va tenter de mettre sur pied cette équipe. Y parviendront-ils et que risque-t-il d’arriver à Rukhsana l’intrépide, la rebelle ?
Utilisant le jeu comme une métaphore du courage face à la brutalité et à la répression, le dernier roman de Timeri N.Murari a quelque chose d'admirablement audacieux à oser mélanger une comédie romantique pleine d'humour avec la violence due aux horreurs quotidiennes du régime taliban.
Timeri N. Murari a longuement enquêté à Kaboul pour nous donner ici un tableau sans concession de la pire époque de la domination des talibans ? Mais – et heureusement… – il sait aussi nous faire rire de certaines aventures de la merveilleuse Rukhsana.
Un formidable récit d’aventures où tout pourrait avoir été vrai.

Né en 1942, Timeri N. Murari grandit à Madras. En 1959, il quitte l’Inde pour aller étudier à Londres. Là il découvre que sa vocation est l’écriture.
En 1963, après quelques années d’études et de piges pour The Guardian de Montréal, il devient reporter pour un journal de Kingston dans l’Ontario. Quand il est licencié, il s’installe à Londres et rejoint The Guardian.
Dans les années 70, il s’établit à New York. Il a publié un grand nombre d’ouvrages. Il a aussi écrit et produit un film The Square Circle qui a été réalisé par Amol Palekar.
En 2002, Timeri N. Murari a reçu le R. K. Narayan award pour son œuvre.
Depuis 1988, il vit en Inde, dans la maison de famille de Chennai.


lu 2941 fois