:: Accueil site :: :: Accueil info ::

Notre Comédie du livre 2014 - Notre programme

Nous recevrons, cette année, sous notre tente nomade, située sur l'Esplanade, face au Pavillon Populaire, 28 écrivains, écrivains-voyageurs, peintres-voyageurs et aventuriers.
Nous organiserons, cette année quatre tables rondes.
Ainsi nous parcourons le monde de L'Inde à l'Italie, en passant par la Russie, l'Afghanistan, l'Indonésie, l'Asie du Sud-Est, l'Iran, les États-Unis, le Kenya, La Bolivie et le Vietnam. Sans oublier les villes de Naples, Jérusalem, Calcutta ou Paris et un beau tour du Monde. La France ne sera pas oubliée non plus.
Vous pouvez télécharger, dès à présent, notre programme afin d'organiser votre emploi du temps durant ce long week-end sous le signe de l'amitié, de la lecture et de l'échange.
Nous espérons vous retrouver nombreux à nos rencontres et sur notre stand pour rencontrer nos écrivains, acheter leurs livres et apporter ainsi votre soutien à notre librairie indépendante pour qu'elle puisse perdurer encore quelques temps.

Télécharger, en cliquant ici, notre programme de la comédie du livre 2014
lu 609 fois

Notre Comédie du livre 2014 - Nos rencontres sur l'Esplanade, Espace Rencontres, Salle Petrarque et Auditorium du CRDP de Montpellier

Les tables rondes


Espace Rencontres, Samedi 24 Mai de 11h00 à 12h30

L'aventure pour quoi faire?

Rencontre animée par Alain Vacquié.

L'aventure est-elle ouverture aux rencontres ? Goût de l'action, de l'engagement ? Est-ce seulement l'opposé de la routine ? Est-ce la quête de l'inconnu, le refuge de l'ultime rêveur ? Qu'ils soient aventurier, journaliste, voyageur, écrivain ou géographe, tous tenteront de répondre à cette question : Peut-on encore vivre l'aventure au xxie siècle ?

avec:

Olivier Germain-Thomas pour " Manger le vent à Borobudur " (Éd. Gallimard)

Romain Potocki pour " L'homme itinérant " (Éd. Presses de la Renaissance)

Olivier Weber pour " La confession de Massoud " (Éd. Flammarion)

Philippe Frey pour " Passion désert " (Éd. Arthaud)

Pour Olivier Germain-Thomas, l'écriture du voyage est le creuset où les différents genres se rencontrent pour exprimer les multiples aspects de la vie.

Romain Potocki nous entraîne à la découverte de l'Autre, dans tout ce qu'il fait résonner en chacun de nous, et nous fait voir le monde autrement.

Largement reconnu par ses pairs, Olivier Weber a reçu de nombreux prix pour une oeuvre aussi bien journalistique que littéraire qui forme un tout renouant avec la tradition du grand reportage telle que la concevait Joseph Kessel à qui il est d’ailleurs parfois comparé.

Philippe Frey est l'un des plus grands connaisseurs des zones désertiques mondiales. Sa vie nomade lui a permis de découvrir les secrets et les modes de survie des peuples résistant à ces milieux extrêmes.
Homme de terrain, il connaît parfaitement le Sahara, le Kalahari, les déserts d’Orient et d’Amérique. Il détient de nombreux records de traversées du désert en solitaire, à pied ou à chameau.


Espace Rencontres, Samedi 24 Mai de 17h30 à 19h00

Rencontre animée par Alain Vacquié.

Villes-Monde, Cultures urbaines: Calcutta, Jérusalem, Paris et Naples

Les villes mondes sont des cratères en éruption où s’invente le monde de demain, dans le tohu-bohu des identités confrontées, mêlées, brisées, réinventées. Dans les énergies qui les traversent, dans leurs sons, leurs chaos tout à la fois destructeur et créateur, dans l'invention de nouvelles manières d'être ensemble.

avec:

Katia Chapoutier pour " Lost in Jerusalem " et " les vies secrètes de Paris" (Éd. Le Passeur)

Véronique Bruez pour " Naples, allegro con fuoco " (Éd. Gallimard)

Dominique Sigaud pour " Partir, Calcutta " (Éd. Verdier)

Katia Chapoutier est réalisatrice pour Des racines et des ailes sur France 3. Elle collabore également régulièrement à France Culture pour des documentaires radiophoniques. Curieuse incurable, c’est toujours avec un regard candide qu’elle scrute le monde qui nous entoure.

Véronique Bruez est professeur de lettres détachée auprès des ambassades françaises. Après des études de lettres classiques à la Sorbonne, elle part pour l'Italie : Venise, Rome, les Pouilles, la Sicile, et surtout Naples où elle passera cinq ans.

Dominique Sigaud est une journaliste, essayiste et romancière française. De 1984 à 1996, journaliste indépendante, elle parcourt le monde arabe et l'Afrique. En 1996, elle obtient le Prix de l'Association des femmes journalistes pour son article «Tutsies et Hutues : elles reconstruisent ensemble le Rwanda en ruine », paru dans la revue «Cosmopolitan» en novembre 1995. Depuis, elle se consacre à l'écriture.


Salle Pétrarque, Dimanche 25 Mai de 11h00 à 12h30

L'Inde à coups de crayon

Rencontre animée par Alain Vacquié.

À travers leurs textes et leurs aquarelles, ces peintres voyageurs nous transportent dans la fabuleuse diversité de l'Inde où la couleur se retrouve partout.

avec:

Olga et Arnaud de Turckheim pour " Aux confins de l'Inde " (Éd. Actes Sud)

Sonia Privat pour " India express " (Éd. Magellan & Cie)

Leur amour de l’Inde date de leur engagement dans une organisation d’aide humanitaire au début des années 1980, où Olga et Arnaud de Turckheim séjournent à Madurai dans le Tamil Nadu et au Rajasthan. Depuis, ils se passionnent pour les multiples facettes de cette civilisation.
Ils ont publié aux éditions Actes Sud, trois carnets de voyage sur l'Inde: Un chemin à l’orée du ciel (2008), Au pays des pierres qui parlent (2006), En remontant la vallée du Gange (2004).

On connaît le goût de Sonia Privat pour les visages et les silhouettes des différentes ethnies. Après Zanzibar, paru fin de l'année dernière chez Magellan & Cie, elle s’est envolée pour le pays de Gandhi en février 2012. Elle est restée trois semaines en Inde et s’est partagée entre le Rajasthan, au nord-ouest, et la ville de Vanarasi.


Auditorium du CRDP, Dimanche 25 Mai de 15h00 à 16h30

Rencontre animée par Dominique Aussenac.

L'ivresse de la marche

Que la marche soit un apprentissage de la lenteur, une expérience de la liberté, un goût de la solitude ou un exercice spirituel, il y a mille façons, pour nos écrivains randonneurs, de mettre un pied devant l'autre. Vécue ou fantasmée, la marche reste un plaisir salutaire qui a inspiré les auteurs réunis pour cette table ronde.

avec:

Cédric Gras pour " Le coeur et les confins" (Éd. Phébus)

Olivier Lemire pour " Chemin d'Assise " (Éd. Bayard)

Tomas Espedal pour " Marcher " (Éd. Actes Sud)

Cédric Gras a eu l’occasion d’apprendre le russe et a passé cinq années à sillonner, à pied, la Sibérie et l’Extrême- Orient russe (de la Iakoutie au Kamtchatka en passant par les rives du fleuve Amour, Magadan sur la mer d’Okhotsk, la Transbaïkalie, la république de Touva, etc.) dont il a tiré Vladivostok et Le Nord, c’est l’Est, tous deux publiés aux Éditions Phébus.
Il est actuellement directeur de l’Alliance française de Donetsk en Ukraine.

Olivier Lemire, journaliste et écrivain voyageur, arpente la France à pied depuis longtemps. Cette fois, c'est vers la ville de François d'Assise qu'il se met en route : un itinéraire inédit entre Bourgogne, Alpes, Toscane et Ombrie, une aventure intense pour le marcheur transformé en pèlerin, qui redécouvre au fil des kilomètres ses racines chrétiennes.

Un beau jour, Tomas Espedal sort de chez lui et, poussé par une envie soudaine, décide de poursuivre son chemin.
Laissant derrière lui sa femme et sa maison, il renoue avec l'art du vagabondage et se délecte de son effet salutaire sur la pensée. Dans ce récit contemplatif et ciselé, le lecteur est invité à accompagner un flâneur infatigable dans son voyage solitaire à travers la Norvège.
Sa promenade improvisée le conduit au pays de Galles, à Paris, à Istanbul avant de l'entraîner vers les montagnes de la Transylvanie.
lu 802 fois

Notre Comédie du livre 2014 - Les écrivains invités sous notre tente nomade

La librairie sera, cette année, sur l'Esplanade Charles de Gaulle, au niveau du kiosque Bosq.
Notre stand accueillera de nombreux écrivains, aventuriers, romanciers, peintres-voyageurs de par le monde.
En voici un aperçu en images.

lu 728 fois

Notre Comédie du livre 2014 - Introduction

Voici arrivé le moment de notre programmation 2014 pour la "Comédie du livre" qui se tiendra du Vendredi 23 au Dimanche 25 Mai 2014.
Ce sont les écrivains des pays nordiques qui seront à l'honneur cette année. Vous les retrouverez chez nos confrères.
Quatre tables rondes seront programmées cette année en compagnie de nombreux écrivains voyageurs, peintres voyageurs, aventuriers, écrivains.
Le Carnet de voyage sera encore à l'honneur avec une première table ronde sur l'Inde à coups de crayon avec Olga et Arnaud de Turckheim pour leur dernier carnet sur l'Inde de Nord-Est, "Aux confins oubliés de l'Inde" (Éd.Actes Sud) et puisque nous recevrons Sonia Privat, Grand Prix du Public à Clermont-Ferrand en 2012, pour "India Express" (Éd.Magellan & Cie).
La seconde table ronde sera consacrée à L'ivresse de la marche avec Olivier Lemire pour "Chemin d'Assise, l'aventure intérieure" (Éd.Bayard) et Cédric Gras pour "le Cœur et les confins" (Éd.Phébus). Se joindra à eux, Tomas Espédal, écrivain norvégien pour "Marcher" (Éd.Actes Sud).
La troisième table ronde aura pour thème l'aventure pour quoi faire? avec Philippe Frey pour "Passion désert" (Éd.Arthaud), Olivier Weber pour "La confession de Massoud" (Éd.Flammarion), Romain Potocki pour "L'homme itinérant" (Éd.Presses de la Renaissance) et Olivier Germain-Thomas pour "Manger le vent à Borobudur" (Éd.Gallimard).
Enfin la quatrième table ronde aura pour sujet Villes-Monde, Cultures urbaines: Calcutta, Jérusalem, Paris et Naples avec Dominique Sigaud pour "Partir, Calcutta" (Éd.Verdier), Katia Chapoutier pour "Lost in Jérusalem" et pour "Les vies secrètes de Paris" (Éd.Le Passeur) et Véronique Bruez pour "Naples, allegro con fuoco" (Éd.Gallimard).

Le carnet de voyage restera un moment fort de notre "Comédie" avec la présence de Samuel Chardon et Céline Roussel pour leur carnet sur l'Asie du Sud-Est (L'oiseau Porte-plume), Raphaël Segura pour ses carnets de voyage et ses recueils de poésie et Philippe Bichon pour son carnet sur l'Iran (Éd.Élytis).
Philippe Crochet et Annie Guiraud présenteront "l'Ouest Américain" (Ed.Palantines), leur premier livre.
Nous retrouverons Victor Kathémo pour un nouveau roman "L'Air du Monde" (Éd.Myriapodes).
Parmi nous, également, trois auteurs des éditions Transboréal: Brian Mathé, Morgan Monchaud et Siphay Vera pour leur récit d'un tour du monde en trois ans et à vélo "Solidream".
Myriem Lahidely sera présente pour son livre "Guide secret de Montpellier" (Éd.Ouest-France), Yann Gourmelin pour la sortie de son dernier recueil de nouvelles "La vie est un chemin de crête" (Éd de L'enclave), Jean Rieucau pour son livre "Le Kenya dans sa troisième révolution touristique (Éd.L'harmattan), Christine Motte pour son album sur le Vietnam "Vietnam, minorités éthniques du Nord au Sud" et Marie Durand pour son récit "Bolivie, la voix de Flora résonne…" (Éd.L'Harmattan).
Hommage donc à nos "Détonnants voyageurs".
lu 1259 fois

Nous, les noyés de Carsten Jensen (10x18 - 2014)

Un grand roman de mer......

Lire la suite

lu 716 fois

Bollywood apocalypse de Manil Suri (Albin Michel – 2014)

 
Satirique, provocateur et inquiétant, Bollywood apocalypse renverse les conventions sur la politique, la religion et le sexe en Inde, en bouleversant, avec exubérance, la réputation de ce pays comme une superpuissance globale naissante.
Le nouveau roman ambitieux de Manil Suri rassemble un inhabituel triangle amoureux, une situation d'apocalypse à Mumbai, religio-raciale et un thriller d'action.
L'Inde a été envahie par la Chine, par la frontière du Nord-Est et ensuite par le Pakistan. L'ONU a obligé la Chine (agissant de concert avec le Pakistan depuis le début), a se retirer mais le Pakistan est resté en place.
La ville de Bombay est plongée dans le chaos suite à une vague d’attentats pakistanais. Dix ans après le 11 septembre, la menace d'une attaque nucléaire imminente plane comme une ombre sur le pays .. En plus, Superdevi, une superproduction de Bollywood, a mis le feu aux poudres : les clans hindous et musulmans se déchirent dans les rues de Mumbai – le nouveau nom donné à la ville par les nationalistes hindous, en l’honneur de leur toute-puissante déesse Mumbadevi.
C’est dans cette atmosphère d’apocalypse annoncée que Sarita tente de retrouver son mari, le physicien Karun disparu après les attentats. Elle croise un jeune musulman, Jazz, qu’elle sauve de justesse du lynchage et qui décide de se joindre à elle.
Un musulman dont la seule réelle religion est d'avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes. C'est ce qu'il aime le plus - le sexe et rien d'autre.
Sarita ignore que Jazz aussi tient à retrouver Karun…
En tant que narrateur, le ton de Jazz diffère fondamentalement de celui de Sarita. Il utilise l'humour et l'effronterie et se réfère à lui-même à la troisième personne comme " le Jazter ".
À la fois, terrifiant et hilarant, mêlant la politique-fiction à une histoire d’amour audacieuse, compliquée et incroyablement sensuelle, le troisième roman de Manil Suri offre plusieurs niveaux de lecture.
Ses descriptions de la ville sont à couper le souffle. Il place Bombay au coeur de son récit polyphonique et rend un hommage vibrant à la multiplicité de l’Inde.
Manil Suri a choisi d'affronter le monde qu'il a créé d'une manière réaliste. En conséquence de quoi, la fin est nécessairement sombre.

Manil Suri, né et élevé en Inde, est professeur de mathématiques dans une grande université du Maryland.
Son premier roman, La Mort de Vishnou (Seuil, 2002), a été traduit dans 27 pays.
Mother India, son deuxième roman et best-seller mondial, est paru chez Albin Michel en 2009, et s’est vendu à 20 000 exemplaires.
Manil Suri est aujourd’hui considéré comme l’un des auteurs indiens les plus importants de sa génération.


lu 990 fois

L’Art d’user ses babouches, Tribulations sur la Route de la Soie de Vincent Robin-Gazsity et Florian Molenda (photographies) (Olizane – 2014)

En route pour la soie.....

Lire la suite

lu 891 fois

Les Falaises de Wangsisina de Pavan K. Varma (Actes Sud – 2014)

 
La première fiction de Pavan K.Varma traite de questions importantes comme le sens de la vie et le dilemme humain séculaire entre profiter pleinement de la vie par le gain matériel ou faire des sacrifices pour le bien spirituel. Et comme on peut s'y attendre, la prose de Varma est toujours belle et élégante.
Anand est un jeune avocat ambitieux, travaillant dans un cabinet diririgé par Adi, son ami de collège. Adi a tout, le charme et l'argent - et un jeune fils, de son premier mariage, mais Adi est divorcé.
Anad gère avec dévouement l'affaire pour Adi et est payé pour cela, jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il est mis doucement sur la touche. Anand et son épouse Tanu sont malheureux car ils n'ont pas été en mesure d'avoir un enfant et Anand soupçonne, à juste titre, Tanu d'avoir une liaison avec Adi.
Quand Anand, apprend qu’il souffre d’un cancer du pancréas incurable, il voit son existence se défaire brusquement : sa femme le quitte pour son meilleur ami et patron, et il prend conscience de la vanité de ses priorités professionnelles.
Pourtant, un autre tour du destin le guette : le diagnostic posé par les médecins est finalement erroné. Anand doit repenser radicalement la vie qu’il s’apprêtait à perdre, et c’est au Bhoutan qu’il trouve refuge pour envisager son avenir en toute quiétude.
À Wangsisina, il se lie d’amitié avec Chimi, sa logeuse, qui lui révèle la légende des falaises qui font la célébrité de la région. Il fait aussi la connaissance de Tara, jeune femme insaisissable, décidée à devenir nonne bouddhiste par dépit amoureux.
Au cours d’un pèlerinage, qu’ils accomplissent ensemble dans un haut lieu du bouddhisme, ces deux personnages, en quête d’apaisement et de sens, font une rencontre décisive : celle d’un disciple de Drukpa Kunley, yogi tantrique tibétain du XVIe siècle dit le “fou divin”, qui les initie à cette philosophie de liberté et de sagesse fondée sur le rire et le sexe dont les principes vont éclairer la seconde chance qui s’offre à eux.
Les Falaises de Wangsisina n’est pas seulement une histoire d’amour. Ce roman, ponctué de poésie sous la forme de versets éclectiques insérés dans la trame fictionnelle, se lit aussi comme un dialogue entre dukkha (“la tristesse”), mot clé du bouddhisme, et ananda (“la joie”) qui anime une bonne part de la philosophie hindou.

Diplomate, essayiste, traducteur, Pavan K. Varma est aujourd’hui ambassadeur de l’Inde au Bhoutan.
Actes Sud a déjà publié Le Défi indien (2005, Babel n° 798), La Classe moyenne en Inde (2009) et Devenir Indien (2011).
lu 824 fois

La meilleure part. Voyage au Brésil de Patrick Straumann (Chandeigne – 2014)

Un voyage littéraire en terre lusophone....

Lire la suite

lu 844 fois

India Express de Sonia Privat (Magellan & Cie – 2014)

 
On connaît le goût de Sonia Privat pour les visages et les silhouettes des différentes ethnies. Après Zanzibar, paru fin de l'année dernière chez le même éditeur, elle s’est envolée pour le pays de Gandhi en février 2012. Elle est restée trois semaines en Inde et s’est partagée entre le Rajasthan, au nord-ouest, et la ville de Vanarasi.
 
Sonia Privat, à raison de 8 heures de travail par jour, ramène des croquis, des photos et des textes. Mais pendant ce temps-là, elle se nourrit aussi, elle écoute, elle regarde, elle ramasse tout un tas de choses dans " les poubelles de la vie " pour ses futurs collages.
 
Le vrai travail de peintre commence au retour mais après un temps de pause. " J’ai laissé infuser le massala tea, le thé épicé de l’Inde, environ deux mois ", plaisante-t-elle.
Alors, dans son atelier, elle reprend tous croquis réalisés sur place. Près de 200 visuels qui lui donneront l’élan pour peindre une soixantaine de tableaux.
 
On retrouve donc, dans son nouveau carnet de voyage, une majorité d’aquarelles, dont certaines sur toiles, quelques huiles sur bois, des travaux à l’encre réalisés sur place, le tout dans des formats de tailles très différentes pouvant aller jusqu’à 2,30 mètres de haut alors que certains font 1,50 mètre de large. L’autre partie du travail concerne la réécriture des textes qui seront intégrés dans le carnet de voyage.
 
À sa manière, et de A pour Amour de l'Inde à Z pour Zanzibar, Sonia Privat revisite l'Inde d'aujourd'hui. La magnifique palette de cette artiste rend hommage à la splendeur du pays. La foule de ses personnages parés de leurs plus belles couleurs et de leurs bijoux chatoyants est un régal pour l'oeil.
Grâce à elle, nous les suivons pas à pas dans leur quotidien, en ville, sur les marchés, à l'école, depuis les lieux les plus humbles jusqu'aux sites les plus sacrés, là où s'exprime la puissance incomparable d'un pays pas comme les autres.
Sonia Privat possède ce don inimitable de la proximité humaine.
lu 2001 fois

Chevaux d'aventure, rencontres autour du monde d'Anne Mariage (Actes Sud – 2014)

Dans la collection dirigée par Jean-Louis Gouraud....

Lire la suite

lu 949 fois

Le Bonheur illicite des autres de Manu Joseph (Philippe Rey – 2014)

 
"Vous n'échapperez pas au bonheur", affirme, en gros, Unni, adolescent des années 1990 fasciné par les délires collectifs, avant de sauter du toit de son immeuble d'une cité de Madras.
Pourquoi ce suicide ? Telle est la quête obsessionnelle - l'enquête - de son père, écrivain raté, ivrogne et néanmoins journaliste d'investigation. Il passe ses journées à interroger ceux qui ont connu Unni. À travers des monceaux de vignettes, de planches, de bandes dessinées réalisées par son fils, par le biais de témoignages de ses anciens camarades de classe pris entre pensées profondes et coups de ceintures paternels, Ousep tente d'adoucir ses doutes et ceux de son épouse, Mariamma, elle-même détentrice d'un secret ancien.
Sa femme , Mariamma , tente de protéger leur fils cadet , Thoma , des crises alcoolisées d'Ousep, un Thoma qui lutte pour impressionner la belle Mythili , l'une des amis les plus proches de son frère.
Dans son deuxième roman, en partie autobiographique, imprégné par l'univers volontiers sybillin des concepteurs de BD, Manu Joseph livre le portrait d'un groupe d'adolescent tourmentés par les grandes questions philosophiques (la vie est-elle un accident ?). Le tout exacerbé par le contexte indien, le goût de la procrastination, la passion distanciée des quêtes spirituelles et les défis jusqu'au-boutistes de la jeunesse.
Le nouveau roman de Manu Joseph est un bréviaire d'humour noir et de fines observations sur la nature humaine.
Nourrie de plans panoramiques comme de gros plans, de séquences comme d'ellipses et jouissant de multiples angles de vue, sans oublier les flash-backs , l'enquête d'Ousep avance et piétine à la fois, entraînant le lecteur dans un perpétuel travelling latéral dont les figurants soit lèvent le voile sur la psyché de l'adolescent indien d'aujourd'hui soit en démontrent toute l'imperméabilité?

Manu Joseph est journaliste. Né dans l’état du Kerala, il grandit dans la ville de Chennai où il mène à bien ses études littéraires au collège Loyola.
Il écrivit entre autres pour The Independant et The International New York Times.
Il est rédacteur en chef du magazine d’information Open.
Le Bonheur illicite des autres est son deuxième roman, après Les Savants qui le révéla au public français.
Il est actuellement loué comme l'un des chefs de file de la nouvelle vague des auteurs indiens. Il vit aujourd’hui à Delhi.

lu 917 fois