:: Accueil site :: :: Accueil info ::

Le Tigre, Une histoire de survie dans la Taïga de John Vaillant (Noir sur Blanc, 2011)

Le nouveau Prix Nicolas Bouvier 2012

Lire la suite

lu 1984 fois

Le passé continu de Neel Mukherjee (J.C.Lattès-2012)

 
Ritwik Gosh, 22 ans, ayant quitté sa ville natale de Calcutta après la mort de sa mère, décide de s’établir en Angleterre dans les années 1990 avec l’espoir de repartir à zéro.
Mais pour cela, Ritwik doit commencer par donner un sens à son passé, et surtout exorciser les relations dévorantes qu’il a entretenues avec sa mère, et qui lui ont laissé tant de cicatrices…
Ritwik va tenter sa chance à Oxford où il a obtenu une bourse d'études, déterminé à ne jamais retourner en Inde.
Puis c'est Londres, à l'expiration de son visa d'étudiant, mais peu à peu son existence se délite dans les bas-fonds incertains de la ville, là où survivent les clandestins.
Ritwik est logé chez une vieille dame de 86 ans, Anne Cameron, fragile et blessée, qui lui offre l’hospitalité en échange de soins dont elle a besoin. Parfois, il gagne également un peu d'argent en faisant un travail éreintant pendant la journée dans les fermes de fruits, exploité aux côtés d'autres immigrants illégaux.
Pour conjurer sa solitude, il s’évade dans l’écriture, et imagine la vie d’une Anglaise établie au Bengale, Miss Gilby, qui enseigne l’anglais, la musique et les bonnes manières occidentales à l’épouse d’un notable bengali, bien avant la partition de l’Inde, à l'époque du Raj.
Cette deuxième histoire est l'occasion pour Neel Mukherjee de décrire avec minutie cette période avec ces conflits interreligieux, la vie des nababs, les relations entre Anglais et Indiens.
Une nuit, dans les environs peu sûrs de King’s Cross, Ritwik fait la rencontre du mystérieux Zafar bin Hashm, incroyablement riche, possible marchand d’armes. Ritwik pourra-t-il enfin trouver la rédemption à laquelle il aspire tant ?
Acclamé par la critique quand il a été d'abord publié en Inde en 2008, Le passé continu, premier roman primé, redéfinit l'énigme de l'arrivée dans ce qu'on a appelé la société multiculturelle. Il est également puissant dans sa description de l'Inde comme dans sa représentation de l'Angleterre, plein de compassion, écrit avec une implacable honnêteté, et explore avec talent les liens qu’entretient le héros avec le réel et l’imaginaire.
La narration ambitieuse confronte les grandes questions de la fragilité humaine et les manifestations étranges de l'amour.
Aussi Neel Mukherjee est-Il impressionnant par sa virtuosité à alterner le passé et le présent dans l’itinéraire d’un jeune Indien déraciné, immigré à Londres, qui voudrait enfin pouvoir aimer.

Né à Calcutta, Neel Mukherjee a fait ses études à Oxford et à Cambridge.
Critique littéraire, il a prêté sa contribution au Times, au Daily Telegraph, au TLS, à l’Observer et au New York Times.
Il vit à Londres.

lu 1032 fois

Berlin, Istanbul, Montréal-itinéraires (Lonely Planet, Casterman - 2012)

Trois nouveaux titres de celle collection de guides graphiques.....

Lire la suite

lu 2163 fois

Avant la dernière ligne droite de Patrice Franceschi (Arthaud – 2012)


Patrice Franceschi mène plusieurs vies de front.
Corse né à Toulon en 1954, il commence ses premiers voyages à l'âge de trois mois dans les bagages de son père, un jeune officier parachutiste qui part pour l'Afrique. C'est le début d'une longue série d'aventures. Son père lui avait dit : " Aventurier ? Ce n'est pas un métier ! "
À vingt ans, il fugue en Guyane. Il ne revient que pour monter une expédition au Congo, où il manque mourir. Il descend le Nil à pied, s'attaque aux pentes de l'Everest, s'aventure en Amazonie. Et trois décennies durant, tout en écrivant et en réalisant des documentaires, il effectue des dizaines d'expéditions, et autant de missions humanitaires. Il participe au sauvetage des boat people sur L'Île de Lumière en mer de Chine. Et dans les années 1980, il s'engage auprès des guérilleros afghans. Il réalise le premier tour du monde en ULM (1984-87).
À partir de 1999, il mène à bord de sa jonque La Boudeuse, réplique fidèle d’une jonque chinoise du XIXe siècle, de longues campagnes d'exploration dans l'esprit des voyages du siècle des Lumières.
Au retour en France, en mars 2001, une malencontreuse collision, survenue au large de l’île de Malte, fait couler La Boudeuse. Après avoir perdu son navire, il rachète un trois-mâts suédois et repart avec son équipage autour du monde, à la découverte des peuples de l'eau. Il s’est engagé dans un périple de 60.000 kilomètres dans le sillage de celle du comte Louis-Antoine de Bougainville, premier navigateur Français a avoir fait le tour du monde au XVIIIe siècle, amenant des scientifiques avec lui.
Patrice Franceschi explique que “ c’était la première fois dans l’histoire qu’on ne naviguait pas pour des raisons de conquête, des raisons économiques ou politiques, mais bien pour des raisons de découverte et de savoir ".
En 2009, avec une lettre de mission officielle du ministre de l’écologie et du développement durable, La Boudeuse et son capitaine se lancent dans de nouvelles expéditions vers l'Amérique du Sud et les îles du Pacifique...
Entre-temps, il a entamé de longues études de philosophie, parce qu'être aventurier, " ce n'est pas un travail musculaire mais cérébral ". Il est l'auteur de plus de vingt livres récits, romans, recueils de poésies, nouvelles, essais et signe là son autobiographie.
Patrice Franceschi est président d'honneur de la Société des explorateurs français.
Il a reçu la grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie.

lu 1407 fois

Notre Comédie du livre 2012 - Notre programme

Nous recevrons, cette année, sous notre tente nomade, située sur l'Esplanade, pas loin du Corum, 25 écrivains, écrivains-voyageurs, peintres-voyageurs et aventuriers.
Nous organiserons, cette année quatre tables rondes et cinq entretiens littéraires en compagnie de tous nos invités, parcourant le monde de la Patagonie à l'Islande, du Brésil aux États-Unis, de l'Australie au Tchad, de l'Europe à l'Iran sans oublier le Pérou, la Bolivie, la Russie, l'Égypte et notre région.
Vous pouvez télécharger, dès à présent, notre programme afin d'organiser votre emploi du temps durant ce long week-end sous le signe de l'amitié, de la lecture et de l'échange.
Nous espérons vous retrouver nombreux à nos rencontres et sur notre stand pour rencontrer nos écrivains, acheter leurs livres et apporter ainsi votre soutien à notre librairie pour qu'elle puisse perdurer.

Télécharger, en cliquant ici, notre programme de la comédie du livre 2012
lu 891 fois

Notre Comédie du livre 2012 - Nos rencontres sur l'Esplanade, Espaces Jean Debernard, Pierre Torreilles et Pierre Clerc

Nos rencontres durant la Comédie du livre seront animées par Alain Vacquié et Léopoldine Dufour


Espace Pierre Clerc, Esplanade, Vendredi 01 Juin de 17h30 à 18h15

Entretien littéraire: François Garde

avec:

François Garde pour " Ce qu'il advint du sauvage blanc " (Éd.Gallimard)

Ce sauvage, c’est Narcisse Pelletier, qui, abandonné par son navire sur une côte australienne, vit chez les aborigènes le désapprentissage de la civilisation occidentale pour acquérir une nouvelle culture, une nouvelle langue, un nouveau nom, mais qui sera reconduit en France au terme de 17 ans de vie sauvage, et confié à un savant chargé de le ramener à civilisation. Le roman a été couronné du Prix Goncourt 2012 du premier roman par les dix membres de l’Académie éponyme.

Espace Pierre Clerc, Esplanade, Samedi 02 Juin de 10h30 à 11h15

avec:

Blanche de Richemont pour " Manifeste vagabond " (Éd.Plon)

" À trente-trois ans, je pose mes valises et m’interroge : cela fait des années que tu cours sur les routes après un sens ; existe-t-il? Partir encore. Mes longues marches dans le désert ont guéri des blessures mais le mot “ailleurs” est devenu une obsession. Comme si je ne pouvais jamais revenir. À chaque retour, il me faut de nouveaux rêves pour tenir. Le voyage est devenu un esclavage. Alors, j’ai compris qu’il devait servir une autre dimension : intérieure. Le véritable vagabond ne serait pas celui qui prend la route, mais celui qui part chercher son âme."
Le nouveau livre de Blanche de Richemont est l’écho de cette quête.


Espace Pierre Torreilles, Esplanade, Samedi 02 Juin de 11h15 à 12h30

Peindre le monde: ces fabuleux carnets de voyage

avec:

Vivi Navarro pour " À bord du Biladi " (Éd.Singulières)
Sophie Ladame pour " Grisée de mer " (Éd.Moea)
Joël Alessandra pour " Ennedi, la beauté du monde " (Éd.La Boîte à Bulles)

Cet ouvrage est le fruit d’une rencontre…Celle de Vivi Navarro, artiste, avec le BILADI et son équipage, au cours des 36 heures d’une traversée de Tanger à Sète, en décembre 2009.
Marin professionnel, dessinatrice, aquarelliste, Sophie Ladame cultive les dons et les talents tout en faisant le lien entre ses passions et son travail. Son nouveau livre est un morceau choisi du parcours d'une artiste le long de la côte de Bretagne nord, le plus souvent embarquée à bord de voiliers traditionnels.
Construit sous la forme d’un journal, Ennedi, la beauté du monde raconte douze jours de périple à travers cette région désertique du nord est du Tchad, mettant en exergue ses paysages - parmi les plus beaux de l’Afrique Saharienne - et la diversité de ses populations. Ce carnet de voyage dessiné nous emmène de Fada aux lacs Ounianga Kébir et Ounianga Sérir en passant par la Guelta d’Arché, dévoilant au passage les splendides peintures rupestres de cette région.

Espace Jean Debernard, Esplanade, Samedi 02 Juin de 13h00 à 14h15

Humeurs vagabondes

avec:

Nathalie Courtet pour " Aux portes de l'Orient " (Éd.Phébus)
Arnaud Devillard pour " Journal des canyons " (Éd.Le Mot et le Reste)
Damien Artero pour " No man Iceland " (Éd.Artaud)

Michel et Nathalie Courtet sont partis un matin d'Avril 2008 d'un village du Haut-Doubs, à vélo couché, pour rejoindre Téhéran sept mois plus tard. En tout, près de 13.000 Km, des cols et des plaines, les Alpes franchies avec des chiens de traineau et huit pays traversés dont le Montenegro, l'Albanie, la Bulgarie, la Turquie, l'Iran.
Arnaud Devillard raconte son périple dans le Sud-Ouest des États-Unis, sur les traces de l’écrivain et écologiste américain Edward Abbey. Mais les paysages qu’il découvre ne sont pas exactement les espaces presque vierges que connaissait Abbey et les réserves naturelles qu’il parcourt sont envahies de touristes motorisés…
Delphine et Damien Artero, un jeune couple dynamique et sensible, d’abord parti plus de deux ans pour un tour de la planète sur Buzzz leur tandem, ont relevé le défi de parcourir et de traverser l'Islande, ce pays de feu, de glace et d'intempéries à la force du mollet avec un bébé de 9 mois dans la remorque, en autonomie complète.

Espace Pierre Clerc, Esplanade, Samedi 02 Juin de 15h00 à 15h45

Entretien littéraire: Jean-Claude Perrier

avec:

Jean-Claude Perrier pour " Le goût du rock'n roll " (Éd.Mercure de France)

Jean-Claude Perrier nous propose des pages d’histoire, objets du culte, portraits souvenirs, paroles de rocker par eux-mêmes ou par d’autres, en compagnie de Nick Cohn, Greil Marcus, Antoine de Caunes, Iggy Pop, François Bon, Bob Dylan, Bertrand Cantat, Nick Cave, Leonard Cohen, Serge Gainsbourg, John Lennon, Freddie Mercury, Jim Morrison, Tommy Ramone, Keith Richards, Sting et bien d’autres.


Espace Pierre Torreilles, Esplanade, Samedi 02 Juin de 17h00 à 18h00

La Russie: de la réalité à la fiction

avec:

Jean-Louis Gouraud pour " Le pérégrin émerveillé " (Éd.Actes Sud)
Franck Pavloff pour " l'Homme à la carrure d'ours " (Éd.Albin Michel)

Le 1er mai 1990, Jean-Louis Gouraud quitte la région parisienne avec deux chevaux - deux trotteurs français -, Prince de la Meuse et Robin. Il emporte avec lui très peu de bagages, mais quantité de papiers - permis, visas, certificats vétérinaires, sanitaires et douaniers - car il doit franchir de nombreuses frontières : traverser les deux Allemagne, la Pologne et pénétrer, enfin, en URSS. Premier “Occidental” autorisé à entrer à cheval en Union Soviétique, il arrive à Moscou le 14 juillet 1990 après un parcours de 3.333 kilomètres en soixante-quinze jours, soit en moyenne 45 kilomètres par jour ; sinon un record, au moins une performance.
Dans un style tour à tour âpre, rude et poétique, Franck Pavloff dépeint les lieux désolés d'un monde industriel en ruine rempli de containers et d'acier rouillé, un monde sans grâce, sans espoir, condamné par la furie prédatrice des trusts industriels. Et aussi la toute-puissance et la beauté de la nature arctique, les peurs qui enferment les hommes, la mémoire et les rêves qui les ouvrent à la liberté.

Espace Pierre Clerc, Esplanade, Samedi 02 Juin de 17h30 à 18h15

Entretien littéraire: Maxence Fermine

avec:

Maxence Fermine pour " Noces de sel " (Éd.Albin Michel)

Fatum antique, faiblesses humaines, amours contrariées…, un conte tragique et romantique de Maxence Fermine avec, pour toile de fond, la cité médiévale d’Aigues-Mortes..


Espace Pierre Clerc, Esplanade, Dimanche 03 Juin de 15h00 à 15h45

Entretien littéraire: Jean-Paul Delfino

avec:

Jean-Paul Delfino pour " Pour l'amour de Rio " (Éd.Le Passage)

De la déclaration d'indépendance du Brésil par Dom Pedro I à l'abolition de l'esclavage, Pour l'amour de Rio dresse un portrait haletant et méconnu d'une nation en marche vers son destin. Dans un respect scrupuleux des faits historiques, Jean-Paul Delfino dépeint, avec violence et tendresse, la naissance du Brésil au monde moderne: une réalité composée d'intrigues royales, d'aventures tumultueuses et de déchirements amoureux.


Espace Pierre Torreilles, Esplanade, Dimanche 03 Juin de 15h30 à 16h30

Patagonie, histoires du bout du monde

avec:

Isabelle Autissier pour " L'amant de Patagonie " (Éd.Grasset)
David Lefevre pour " Aux quatre vents de la Patagonie " (Éd.Transboreal)

Sur fond d’anthropologie naissante, de colonisation des terres patagonnes par les blancs, d’affrontements sanglants entre les tribus Yamara et Alakaluffs, de croyances scandées, le roman d’Isabelle Autissier puise à la fois aux sources du réel et de la fiction : qui connaît mieux que la navigatrice les mers du Grand Sud et leurs histoires ? Mais il fallait le talent de l’écrivain pour incarner ces Roméo et Juliette des terres australes, Emily et Anaki.
De la steppe argentine aux épaisses forêts du Chili, de l’île de Chiloé aux confins du détroit de Magellan, David Lefevre est happé par une nature grandiose qui le modifie peu à peu, au point qu’il se trouve, au terme de dix-huit mois d’errance, confronté à l’impossibilité du retour. Marches solitaires et séjours prolongés du fait de l’hospitalité autochtone alternent avec des temps de réflexion sur la culture, le mode de vie ou les points de clivage des sociétés latino-américaines.

lu 1497 fois

Notre Comédie du livre 2012 - Les écrivains invités sous notre tente nomade

Installé cette année sur l'Esplanade Charles de Gaulle, notre stand accueillera de nombreux écrivains, aventuriers, romanciers, poètes de par le monde.
En voici un aperçu en images.

lu 959 fois

Notre Comédie du livre 2012 - Introduction

Voici arrivé le moment de notre programmation 2012 pour la "Comédie du livre" qui se tiendra du Vendredi 01 au Dimanche 03 Juin 2012.
Le pays invité cette année est le Royaume-Uni. Vous retrouverez leurs écrivains chez nos confrères.
Fidèles à notre démarche qui nous anime depuis 18 ans, nous recevrons des amis écrivains, aventuriers, romanciers avec qui nous avons une relation d'amitié profonde et ancienne.
Et nous espérons faire de nouvelles rencontres avec ceux que nous invitons cette année pour la première fois par envie de les connaître.
Nous recevrons, cette année, pour la première fois Jean-Louis Gouraud pour son récit de sa traversée de la Russie à cheval, Damien Artero pour une traversée de l'Islande en tandem et en famille, Arnaud Devillard pour son périple dans les déserts du Sud-Ouest des États-Unis, sur les traces de l’écrivain et écologiste américain Edward Abbey, Marc Wiltz pour un Tour du Monde en 80 livres, Sébastien Jallade qui a parcouru le Qhapaq Ñan, le chemin Inca, de Quito à La Paz, David Lefèvre qui nous emmènera de la steppe argentine aux épaisses forêts du Chili, de l’île de Chiloé aux confins du détroit de Magellan en dix-huit mois d’errance, François Garde dont le premier livre a été couronné, mardi 3 avril dernier, du Prix Goncourt 2012 du premier roman et qui retrace le parcours, au XIXe siècle, du jeune marin vendéen Narcisse Pelletier, abandonné sur une plage d'Australie par l’équipage d'un navire et adopté par une tribu aborigène, Nathalie Courtet pour un périple, en vélo couché, de la France vers l'Iran.
Nous recevrons, également, Blanche de Richemont qui nous propose, dans son nouvel ouvrage, une réflexion sur l'art du vagabondage, Florence Quentin pour une biographie d’un mythe féminin: Isis l’Éternelle, Laure Gigou pour une découverte de l'Hérault, Jean-Paul Delfino pour un nouveau roman historique sur son pays de prédilection: le Brésil, Virginie Pierrefixe pour un magnifique livre de photographies sur les enfants du sud de l'Inde, Yann Gourmelin pour la sortie de son dernier roman sur les "seniors"
Et nous retrouverons des habitués de notre stand que nous apprécions beaucoup et qui, cette année encore, nous proposent de belles choses: Jean-Claude Perrier pour une anthologie du rock'n'roll, pays invité oblige, Isabelle Autissier et son nouveau roman sur la Patagonie. Sur fond d’anthropologie naissante, de colonisation des terres patagonnes par les blancs, d’affrontements sanglants entre les tribus Yamara et Alakaluffs, le roman d’Isabelle Autissier puise à la fois aux sources du réel et de la fiction.
Maxence Fermine, à la plume inspirée et poétique, pour son nouveau roman, un conte tragique et romantique avec, pour toile de fond, la cité médiévale d’Aigues-Mortes.
Le carnet de voyage sera, encore une fois à l'honneur avec deux des finalistes du dernier Festival du Carnet de voyage de Clermont-Ferrand: Sophie Ladame pour un carnet sur la mer et les vieux gréments et Joël Alessandra pour deux carnets sur le Tchad. Et bien sur Samuel Chardon et Céline Roussel et leur carnet "Voyage en terre Maya"; Philippe Bichon pour son carnet de voyage sur le Yemen, Raphaël Segura et ses carnets sur la Réunion et L'île Maurice et Vivi Navarro pour son carnet maritime sur le Biladi, le ferry qui part de Sète en direction de Tanger.
Hommage donc à nos "Détonnants voyageurs".
lu 1067 fois

Ennedi, la beauté du monde de Joël Alessandra (La Boîte à bulles – 2012)


Construit sous la forme d’un journal, Ennedi, la beauté du monde raconte douze jours de périple à travers cette région désertique du nord est du Tchad, mettant en exergue ses paysages - parmi les plus beaux de l’Afrique Saharienne - et la diversité de ses populations. Ce carnet de voyage dessiné nous emmène de Fada aux lacs Ounianga Kébir et Ounianga Sérir en passant par la Guelta d’Arché, dévoilant au passage les splendides peintures rupestres de cette région.
La nature et les hommes sont décrits avec la sobriété qui convient lorsque l’on est plongé dans un monde désertique caractérisé par ses intemporalité, virginité et immuabilité…
Les auteurs croisent leur ressenti avec ceux des premiers aventuriers qui ont parcouru et décrit ces espaces : les géographes allemands du 19e siècle (Heinrich Barth, Gustav Nathingal…) mais aussi les méharistes français du début du 20e siècle.
Un carnet qui constitue une invitation au voyage et présente pour cela, en fin d’ouvrage, quelques informations pratiques


Joël Alessandra est né à Marseille en 1967.
C’est en Italie qu’il publie ses premières histoires dans la célèbre revue Il Grifo. Grand voyageur, il a notamment publié Fikrie pour La Boîte à Bulles, directement inspiré de son expérience de directeur artistique à Djibouti de 1989 à 1991, Dikhil, puis Fierté de Fer, album de voyage sur le train Djibouto-Ethiopien aux éditions Paquet.
Aujourd’hui installé à Uzès dans le Gard, il a publié Retour du Tchad sélectionné au festival du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. Il est l'auteur d'une adaptation en BD du roman d'Amin Maalouf, le Périple de Baldassare chez Casterman. Il collabore également à la revue Psikopat, fait de l’illustration pour la publicité et la communication.
lu 1649 fois

Pour l'amour de Rio de Jean-Paul Delfino (Le Passage – 2012)

Un amour de Brésil.....

Lire la suite

lu 2118 fois

Miroirs d'âmes de Virginie Pierrefixe (Univerciel – 2012)


Virginie Pierrefixe fait ses premiers pas dans l’univers des images à l’âge de dix sept ans.
L’aventure humaine s’impose à elle comme une passion nécessaire à son existence.
Cette évidence lui est confirmée lorsqu’elle part en 2002 dans le sud de l’Inde, pour y découvrir le monde et ses trésors.
En décembre 2002, sa recherche la conduit donc en Inde où elle réalise, dans un style très personnel et en forme de carnet de voyage, une série de photographies sur les enfants de l'Inde, "Miroirs d'Âmes".
Cette collection d’images est bien plus qu’un livre sur l’enfance. Ses magnifiques photographies d’enfants du sud de l’Inde touchent à l’essentiel, et nous invitent à découvrir la Lumière dans chaque regard et à parcourir le chemin pour la retrouver.
Elles révèlent la nature profonde des êtres qui nous entourent. Elles sont un hymne à la vie pour nous souvenir que les yeux sont le miroir de l'âme !
Parallèlement à la pratique de son art et par conscience humanitaire, elle soutient la fondation "Speed Trust" dans ses missions d'aide aux habitants des bidonvilles de Madras (scolarisation des enfants et pratique du micro-crédit).
Virginie Pierrefixe 35 ans vit en France, près de Montpellier.

lu 1520 fois

Manifeste vagabond de Blanche de Richemont (Plon – 2012)


" À trente-trois ans, je pose mes valises et m’interroge : cela fait des années que tu cours sur les routes après un sens ; existe-t-il ? Parviendras-tu encore à échapper à ton époque ou céderas-tu au désenchantement ? Partir encore. Mes longues marches dans le désert ont guéri des blessures mais le mot “ailleurs” est devenu une obsession. Comme si je ne pouvais jamais revenir. À chaque retour, il me faut de nouveaux rêves pour tenir. Le voyage est devenu un esclavage. Alors, j’ai compris qu’il devait servir une autre dimension : intérieure. Le véritable vagabond ne serait pas celui qui prend la route, mais celui qui part chercher son âme."
Le nouveau livre de Blanche de Richemont est l’écho de cette quête.
Après douze années de voyage dans le Sahara, puis en Inde, Blanche de Richemont pose ses valises et s'interroge: qu'est-ce que la route lui a enseigné?
Elle a cherché à guérir du deuil, des amours brisés, des désillusions en prenant le large. Sur les routes, elle a exploré une autre façon d'être en vie. Plus essentielle, plus simple, mais vertigineuse.
À travers ce livre, cette voyageuse cherche à montrer que le vagabond n'est pas seulement celui qui prend la route, mais celui qui a appris à voir. Ici, le vagabondage devient philosophie, une façon d'être au monde. Un autre regard porté sur la nature, la mort, l'amour. Un mode de vie où la liberté prend le visage de l'horizon, qu'il soit intérieur ou physique.
Henri David Thoreau, Kerouac, Jünger, Herman Hesse, Sylvain Tesson l'accompagnent dans ces lignes qui aspirent d'abord à partager une quête.

Blanche de Richemont est née à Paris en 1978.
Alors qu'elle écrivait son DEA de Philosophie sur le sublime (mention très bien), elle a découvert que le rêve auquel elle désirait se vouer se trouvait plus dans l'écriture et le voyage que sur les planches. Elle écrivit alors son premier livre Éloge du désert (Presses de la Renaissance, 2004). Elle partait en effet chaque année dans le désert qui a donné une autre orientation à sa vie, tournée vers le silence et l'essentiel.
Elle est allée dans le désert du Sinaï, en Tunisie, en Algérie à plusieurs reprises, en Libye. À la suite de ce premier livre, elle a décidé de vivre encore plus intensément la grande aventure du désert. Elle est donc partie seule en 2005 suivre une caravane de sel au Mali, 800 kilomètres entre Tombouctou et la mine de sel de Taoudenni, récit de voyage paru dans Le livre des déserts, (collection Bouquin, 2006) et dans Carnets d'aventure, présentés par Sylvain Tesson (Presses de la Renaissance 2007).
Elle a ensuite vécu quelque temps avec des contrebandiers à la frontière du Mali et de l'Algérie, puis avec des contemplatives dans la brousse en Guinée. Elle évoque ces voyages dans son livre, Éloge du désir (Presses de la Renaissance, 2007).
Elle publie en septembre 2008, son premier roman : Pourquoi pas le silence (Éditions Robert Laffont), l'histoire d'un adolescent qui décide de quitter la vie après avoir tout fait pour l'aimer.
Puis en 2009, paraît Les passions interdites (Éditions du Rocher), un portrait d'êtres incandescents dans l'art, la foi, l'amour, le sexe, l'aventure, la science, qui à cause de leur passion, ont basculé dans la transgression.
En parallèle, elle part régulièrement en Inde et à Jérusalem pour un thriller mystique sur lequel elle travaille depuis plus d'un an (prévu aux Éditions Robert Laffont).


lu 6301 fois