:: Accueil site :: :: Accueil info ::

La Classe moyenne indienne de Parvan K.Varma (Actes Sud-2009)

D'ici 2025, l'Inde, cinquième plus gros marché de consommateurs au monde,

Lire la suite

lu 1507 fois

Rencontre du Mardi 01 Décembre 2009

À l’initiative de Daniel Bedos, Directeur du Printemps des Comédiens, la M.J.C-Centre André Malraux accueille les premiers "cafés de la diversité".
Il s’agit de rassembler autour d’un auteur étranger ou d’un thème, des comédiens, des musiciens et des danseurs et ouvrir avec le public un dialogue autour d’un oeuvre.
La librairie "les cinq continents" s'associe à cette opération en proposant, à chaque rencontre, une sélection d'ouvrages autour de l'auteur (ou du thème) choisi.

Mardi 01 Décembre 2009 à 19h00

LE MAHÂBÂRATHA

 

Durée : 1h15 (lecture- spectacle)
Entrée: 6€
Sur réservation uniquement au 04 67 02 99 40

Avec :

Jean-Claude Carrière : Écrivain, scénariste , conteur
Brigitte Ménon : Musicienne, sitar
Nabankur : musicien, tabla

Le Mahâbhârata est un des plus grands livres du monde. Il est en tout cas le plus long poème jamais composé. Il est douze fois plus long que la Bible. Ce poème est à l’origine de mille croyances, légendes, réflexions, leçons, personnages qui font partie de la vie même de l’Inde. Une 1ère version sur le Mahâbhârata, qui durait 8h, a été mise en scène par Peter Brook d’après une adaptation de Jean Claude Carrière. Pour ce café de la diversité, Jean Claude Carrière nous présentera une nouvelle version de ce grand poème épique indien.
lu 1148 fois

Contes du chemin de fer d'Hamid Ismaïlov (Sabine Wespieser-2009)



La vie a bien changé à Guilas, paisible bourgade d’Ouzbékistan, depuis que le train s’y arrête : les tribus d’Asie centrale, les voyageurs de toutes origines, et bientôt les populations déportées par le régime communiste y côtoient les autochtones, forcés de s’habituer à leurs nouvelles conditions de vie.
Pendant la seconde guerre mondiale, période sur laquelle s’ouvre cette étonnante polyphonie, le cœur de la petite ville bat à l’auberge de la gare : les bras cassés qui sont restés à l’arrière – Oumareli l’Usurier, réformé pour avoir pris seize kilos pendant son séjour en prison, Tolib le Boucher, si maigre qu’on lui confie le ravitaillement du village, et Koutchar la Tchéka, le représentant de la police politique qui n’a qu’une bonne oreille pour faire son travail de mouchard – y égrènent ragots et anecdotes.
Exilés, adultères, orphelins, profiteurs, aventuriers et mendiants de tous poils défilent en une chronique débridée, véritable plongée ethnographique dans un microcosme où l’arrivée du train n’a pas été le seul traumatisme.
Le matérialisme historique a en effet pulvérisé la vieille tradition soufie et les habitudes culturelles profondément ancrées d’un islam traditionnel : désormais, il faut choisir entre bigamie et déportation, transformer les postes de fonctionnaires en charges héréditaires, bref, les petits arrangements avec le communisme sont la matrice de multiples histoires, tragiques ou grotesques, qui s’enchaînent comme autant de motifs dans le tapis.
Car ce sont bien le charme et la singularité de ce livre exubérant, construit à la manière des contes des Mille et une Nuits, que de faire émerger de la juxtaposition des histoires un univers singulier, et d’inviter son lecteur à un éblouissant voyage au pays des contes et légendes d’une Asie centrale méconnue.

Hamid Ismaïlov est né en Asie centrale en 1954. Il a été expulsé d’Ouzbékistan– devenu un État indépendant en 1991 – en 1994, pour ses « inacceptables tendances démocratiques ».
Après avoir vécu en Russie, en France et en Allemagne, il s’est installé à Londres avec sa femme et ses deux enfants. Il dirige à la BBC le service Asie centrale et Caucase. Parlant de nombreuses langues, dont le français, il écrit à la fois dans sa langue natale, l’ouzbek, et en russe. Il est l’auteur de recueils de poèmes et de romans, parmi lesquels Le Chemin de fer est le premier traduit en français.
Ce livre, dont il existe une édition russe, et qui a également été traduit en anglais, n’a pas été publié en Ouzbékistan.
lu 1487 fois

Voyage en Afrique de Giorgio Manganelli [Gallimard/Le Promeneur-2009]

Par un écrivain capital de l'Italie contemporaine

Lire la suite

lu 1565 fois